AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les aventures de Filos le prêtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les aventures de Filos le prêtre   Sam 12 Juin - 18:33

[Désolé pour le texte qui continue hors de l'écran et oblige et faire défiler vers la droite =x. Je sais pas si c'est que sur mon ordi ou sur les vôtres aussi, mais si un admin trouve la solution à ce problème, je l'autorise et le supplie d'y remédier ^^'. En attendant, bonne lecture =D.

EDIT : problème résolu, le titre est simplement trop long... je le met donc ici en entier : "Les aventures de Filos le prêtre-qui-aime-beaucoup-les-enfants-mais-n'est-pas-pédophile-non-non-pas-du-tout-c'est-pour-les-faibles-et-les-gnomes-ça !"]



Préambule



Ici seront répertoriées les nombreuses - et magiques, forcément - histoires de Filos le prêtre (qui aime les enfants blablabla, on sait que vous avez tous retenu ça).
Ces histoires insolites, ridicules et grotesques mettent en scène.. ben Filos, bien sur. Ça parait simple comme √π = limn->∞ 22n(n!)2/(2n)!√n pourtant...
Ah, mais vous ne connaissez pas Filos ? Le prêtre qui aime les enfants (et blablabla) ? Mais il faut ab-so-lu-ment vous le présenter ! Surtout si vous avez des enfants, dans ce cas il va vous adorer.

Alors, que dire de ce cher Filos ?...
Hé bien, faisons-en tout d'abord une description physique.

C'est un homme d'environ un mètre soixante-dix-huit, qui est encore, à défaut d'être svelte, d'un poids tout à fait acceptable de quatre-vingt kilos. (Hé oui, attention aux stéréotypes ! Ce ne sont pas les prêtres mais les moines qui sont gros).
Sans être franchement joli, son visage n'est toutefois pas désagréable. La particularité de ce visage est qu'il pousse à la confession. Tant de ferveur divine visible dans les yeux, tant de mots de réconfort audibles par ceux qui écoutent cette bouche, et tant de naïveté dans l'ensemble des traits concourent à ce que les gens se disent : "Ah chouette, enfin un vrai pigeon à qui je peux dire n'importe quoi et qui croira vraiment que je me repends même si je lui dis que j'ai tué trois fois ma grand-mère et que je regrette !"
Oui, Filos a tendance à être... un peu... vraiment naïf.

Mais là n'est pas le sujet, nous en sommes toujours au physique de notre cher prêtre.

Physique qui, quoique pas forcément avantageux comme déjà précisé auparavant, aurait pu attirer quelques jeunes demoiselles s'il n'y avait pas eu la barbe et la moustache.
Alors attention, n'y voyez là aucune attaque contre la barbe. Ou la moustache. Voire les deux. Juste une attaque contre celle du Père Filos. En effet cette barbe châtain presque clair ressortant sur sa peau sombre, (type chocolat noir 65% de cacao, si vous voyez à peu près) tous ces poils jamais bien arrangés, presque jamais rasés et qui partent toujours dans tous les sens, cela aucune femme n'aurait pu le tolérer.
Heureusement pour le Père Filos, il ne l'a jamais su et ne le saura jamais, ayant prononcé ses vœux à quatorze ans. Mesdames (et mesdemoiselles), vous êtes autorisées à pousser un soupir de soulagement.

Reste encore à traiter de la psychologie du prêtre dont vous aller entendre parler pendant encore plusieurs mois au moins.

Comme dit auparavant, Filos est d'un naturel assez naïf. Pas candide hein, n'allez pas croire ça non plus, il sait ce qu'est la guerre et a plus d'une fois achevé d'un coup de masse vicieux un de ses ennemis préalablement piétiné par une troupe d'amis en furie. Non non, pas candide, juste naïf. Par contre, n'aimant pas faire les choses à moitié, Filos est extrêmement naïf, à tel point que plusieurs personnes l'ayant rencontré ont hésité à lui appliquer ce qualificatif, qui leur semblait bien trop faible. Des académiciens sont actuellement en train d'inventer un mot qui conviendrait plus, ne vous inquiétez pas.

Outre cette naïveté, Filos possède d'autre traits vraiment caractéristiques. Par exemple, lorsqu'il se retrouve à combattre (car il en est plus que capable !) il devient impitoyable. Sauf si on lui demande d'avoir pitié avec une voix pleurnicharde et toute cassée, mais ça c'est de la triche.
Ensuite, Filos défend avant tout son Dieu (qui est pour lui le Dieu), donc tenter ne serait-ce que lui expliquer que peut-être il serait envisageable dans un autre univers parallèle très loin d'ici qui possiblement ne peut exister qu'avec très peu de possibilités que son Dieu n'existe pas reviendrait à l'insulter si gravement que la seule solution qu'il aurait de laver son honneur serait de lentement vous étrangler avec un couteau à beurre (si si) ou vous tuer avec une cuillère jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Horrible, non ?
...Ah, vous n'avez pas tout compris. Bon. En somme, faites comme si Dieu existait et qu'il était tout seul dans le ciel. Et croyez dur comme fer qu'il a une grosse barbe blanche qu'il triture souvent. Ouais, un peu comme le Père Noël, voila. Si vous y arrivez, tout ira bien.

Et la plus importante facette de sa personnalité, c'est son attachement inconditionnel pour les enfants, bien entendu. Dès qu'il a pu, il a été le chef de la chorale de son église, et encore aujourd'hui, de temps en temps, il revient écouter tous ces petits enfants chanter de leurs jolies voix, bien qu'il ait été remplacé.
Ah, les enfants... c'est fou ce qu'il peut les apprécier. Étant presque toujours en vadrouille de par le monde, Filos a acheté plusieurs maisons dans lesquelles il fait vivre des orphelins, dont s'occupent des bonnes sœurs. Il leur rend souvent visite entre deux aventures magiques.


Voila, vous savez maintenant tout ce qu'il y a à savoir sur cet extraordinairement naïf prêtre qu'est Filos, dont les magiques histoires rempliront vos journées de réflexions telles que "Mais.. c'est.. faux ?.. Non ?.. Ah bon." ou encore "Je ne suis pas sûr que.. vous êtes sûr ?.. Ah bon."


Enjoy !



{Préambule revu et corrigé. Si des fautes subsistent, faites m'en part svp =).}


Dernière édition par Kaoru Clair-de-lune le Sam 12 Juin - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les aventures de Filos le prêtre   Sam 12 Juin - 18:52

Épisode Premier : Le nain du confessionnal


C'était un mardi pluvieux et froid de décembre, dans le confessionnal de la cathédrale d'Hurlevent. Filos était de service ce jour là, et se réjouissait intérieurement de pouvoir rester à l'intérieur, bien au chaud, alors que certains collègues devaient prêcher jusque dans des endroits tels que Berceau-de-l'hiver. Rien que d'y penser faisait frissonner le prêtre. Et puis, c'était jour de confession des enfants, aujourd'hui.
Les secondes s'égrenaient lentement. De temps en temps, on entendait un bruit de pas étouffés, ou une conversation lointaine, murmurée comme à regret. On regrette toujours de briser le silence de la cathédrale de Hurlevent, parce que le concierge vous flanquait une rouste mémorable quand il vous prenait à le briser (pas lui, le silence... remarquez ça marche surement aussi avec lui, mais personne n'oserait).
Au bout d'un certain temps enfin, Filos entendit de l'agitation à l'entrée de la cathédrale. Des tas de petites paires de pieds tapotaient respectueusement leurs chaussures à l'entrée afin d'en faire tomber la neige, puis venaient se placer en file derrière un des quatre confessionnaux de la cathédrale. Puis, quand tout se fut plus ou moins calmé et que le silence eut reprit sa traditionnelle place dans l'édifice*1, le premier enfant entra dans le confessionnal.
Filos ne le regarda pas tout de suite. Il aimait avoir la surprise de ce petit visage encore innocent et pur auquel il allait faire avouer ses pêchés. Il attendit donc avec une pointe d'impatience que l'enfant soit installé, puis, n'entendant plus rien bouger, il prit la parole.

"Bonjour mon enfant. As-tu un quelconque pêché à confesser ? Nul n'est immaculé - sauf notre Seigneur, que son nom soit sanctifié et que son règne vienne sur la terre comme aux cieux, amen -, et je suis certain que sur la tapisserie de ta vie doit figurer au moins une tache. Si tu me la montre, j'en serais... le... heu... le blanchisseur. Et tu repartira... blanchi."

Mwouais, il avait déjà fait mieux que le coup du blanchisseur. Mais bon, cette il n'avait pas pensé à inventer une phrase à l'avance, et avait du improviser. Il nota dans un coin de sa tête que l'improvisation n'était pas son fort, et attendit la réponse du petit garçon - ou petite fille, d'ailleurs.
La réponse vint immédiatement, et une voix grave avec un fort accent nain se fit entendre.

"Ben en fait, s'point trop pour ç'la qu'chui venu, comme qui dirait..."*2

Filos se figea.
Une voix si grave que ça, à un si jeune âge ?
Un parler aussi franc envers lui, un prêtre respecté ?
Un accent NAIN ?

Tout doucement, Filos commença à tourner la tête. Tout doucement, ses yeux allèrent se fixer à l'endroit où se trouvait habituellement un visage enfantin et généralement timide, qu'il prenait toujours plaisir à contempler.
Rien.
Il regarda un peu plus bas.
Ah, tout s'explique donc, pensa Filos.

"V'zavez jamais vu d'nain, mon bon m'sieur ?"

Rester calme. La garde n'est surement pas dans les environs de toute façon. Et puis comment diable (Filos fit un signe de croix) ce nain était-il entré ici ? La ressemblance avec les enfants qui venaient se limitait à la taille. Et encore, le nain était plus petit que la majorité d'entre eux.

"Je... Comment êtes-vous arrivé ici ? Et on m'appelle "mon père" en général, si ça ne vous dérange pas. Question d'habitude, voyez.
- J'ai b'soin d'vous, à vrai dire. Important. Trrrèès*3 important. Tellement qu'ça peut pas attendre, j'en ai bien peur."

Peut-être sentit-il qu'il lui faudrait amadouer un peu l'homme qui se tenait en face de lui et que cela pouvait se faire simplement, ou alors céda t-il juste à un mouvement de politesse, toujours est-il que le nain ajouta un "mon père" à la fin de sa phrase, mais discrètement. Il ne s'agissait tout de même pas d'avoir l'air gentil. C'était un nain, après tout.

"Mais... enfin... je ne suis pas sûr que...
- Pourtant ç'la vérité, vous savez ?
- Vous êtes sûr ?...
- J'suis autant sûr d'ça que du fait qu'les trolls et les orcs4 sont des... hum... tapettes, permettez l'expression."

D'un seul coup, les yeux de Filos s'enflammèrent, et il sut aussitôt que ce nain était son ami. C'est vrai quoi, comment ne pouvait-on pas être ami avec quelqu'un qui considérait les trolls et les orcs comme des "tapettes" ? Une personne qui disait cela ne pouvait que disposer d'un sens de l'humour énorme, propre à faire éclater de rire même le personnage d'histoire médiéval-fantastique moyen dont toute la famille est morte au cours d'un raid contre son village.
Bon, ce n'est certainement pas pour cette raison que ce nain était devenu l'ami de Filos, mais quand même, ça aurait pu.

"Ah, enfin quelqu'un qui me comprend ici ! Topez là, nous irons tuer des trolls et des orcs ensemble !
- Ç'ta dire que... c'est aussi important qu'ça, comprenez, mais ya pas forcément des hordeux à tuer.
- Ah..."

L'enthousiasme de Filos, une fois sévèrement douché à la pluie d'acide de ces mots, laissa enfin la place à une petite parcelle d'intelligence.

"C'est important pourquoi, en fait, votre truc, hein ?
- Ben si on fait tout bien ç'qu'il faut, après ça, on s'ra tellement forts que les trolls - et les orcs, bien sûr -... ben ils courront tous loin de nous comme des lapins. Pire qu'des tapettes, voyez."

Décidément, ce mystérieux nain*5 était très fort.

"Et... c'est par où ?
- Derrière vous."

Se retournant lentement, Filos vit alors derrière lui une terre grise des cendres qui la recouvraient, avec une longue montée de pierres grises qui menait à une énorme porte enfoncée dans une paroi rocheuse aménagée pour être une entrée qui serait tout sauf accueillante. Quelque chose bien dans le style nain, quoi.

"Après vous, m'sieur mon père."

Alors Filos fit un pas vers cette terre dévastée qui lui semblait si proche dans la cathédrale d'Hurlevent, et se prit les pieds dans une plante couverte d'épine.

Vous vous direz surement, chers lecteurs, que notre prêtre est dénué de toute intelligence pour suivre quelqu'un qui peut faire apparaitre des portails n'importe où. Surtout s'ils mènent vers une contrée aussi peu hospitalière que celle décrite plus haut. Et surtout si la personne est de race naine.
Mais, mesdames et messieurs, c'est grâce à cela que vous allez profiter de toutes les aventures de Filos le prêtre.
Et elles commencent réellement maintenant.



"Je ne suis pas sûr que... vous êtes sûr ? Bon ben on monte alors."




*1 C'est à dire un peu partout. Même à l'extérieur immédiat de la cathédrale, en fait. Le concierge fait aussi le ménage dehors.

*2 Le lecteur, s'il n'est pas déjà un nain lui-même, est prié d'imaginer ici que tous les "r" sont présents en triple ou quadruple. Ceci n'a pas été reproduit sur la copie pour des raisons évidentes : si on l'avait fait, les nains auraient tenté de lire les quatre "r" d'affilée avec leur accent, et auraient étés découragés par la lecture qu'ils auraient jugé trop longue.

*3[NdA] Heu... désolé à tous les nains qui pourraient lire ceci.

*4[NdA] Ennemis héréditaires de la famille de Filos depuis qu'ils ont tué son père à la guerre. [Ceci a été omis dans le préambule, mais y sera peut-être bientôt rajouté.]

*5 Si si, ça existe.


{Épisode revu et corrigé. Si des fautes subsistent, faites m'en part svp =).}
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les aventures de Filos le prêtre   Sam 12 Juin - 19:13

Épisode deuxième : On ne résiste pas



Dans l'épisode précédent, nous nous sommes arrêtés au moment où Filos se vautrait dans un buisson épineux. Cet épisode débute à l'instant où son mystérieux compagnon nain lui écrase la jambe et l'épaule droite pour passer de l'autre côté du buisson avant d'entamer la montée.

"Aouille."

Le nain lui jeta un regard surpris par-dessus son épaule.

"Tiens, j'connaissais pas, ça.
- C'est une contraction, à vrai dire.
- Ah ?
- Oui, parce que vous m'avez écrasé la jambe et l'épaule. Alors au lieu d'aie et ouille, j'ai dit "aouille".
- J'vois...
- C'est un mage qui m'a appris ça, vous savez. Il venait se confesser de raccourcir tout le temps les mots, et de n'utiliser que des mots courts, alors que si Dieu avait créé des mots longs ce devait être, selon lui, pour qu'on les utilise."

Le prêtre se redressa, s'épousseta rapidement, puis suivit le nain.

"Au milieu de la confession, il a voulu fondre en larmes et a penché sa tête pour la cacher dans ses mains. Il a voulu aller trop vite et sa tête a rencontré une cloison du confessionnal en même temps que ses mains. Et il a fait "aouille". Depuis, je l'ai adopté."

Il s'arrêta.

"Vous pensez que je deviens comme lui ? Ce mage ? A n'utiliser que des mots courts ?
- Hum... J'crois pas, nan. V'zavez utilisé le mot, là. Très long. Là où on était avant.
- Confessionnal ?
- Mwouais, voila. Très long, ça, comme mot.
- Ah bon. Ouf.
- Ouais, ouf."

Enfin ils arrivèrent au sommet de la montée, devant cette sorte d'énorme porte faite presque directement dans la paroi de la montagne. Encore un truc nain, ça, histoire de compenser leur petite taille*1.

"Dites...
- Ouais ?
- La grande porte, là... c'est vraiment des nains qui l'ont construite ?
- Ben pour sûr, p'koi vous m'd'mandez ça ?
- Je me demandais comment ils avaient fait le haut de la porte, à vrai dire. C'est à dire que c'est très haut, et puis... grimper là-haut avec des outils pour faire la porte et tout tailler directement dans la montagne... je... heu..."

Le nain lui jetait à présent un regard meurtrier tout en s'arrêtant devant l'énorme battant de pierre entr'ouvert.

- A partir d'maint'nant, on chuchote*2. Et pour répondre à vot' question, les nains sont des grimpeurs-nés, s'comme ça qu'on est monté là-haut.
- Pourquoi donc ?
- Ben chais pas, on est nés comme ça, justement.
- Non mais pourquoi chuchoter.
- Parc'qu'ici, c'est l'territoire des Sombrefer...


Et en effet, dans l'ombre des portes, derrière un tas de petits rochers grand comme un enfant de douze ans et demie, deux nains à la peau plus sombre que celle de la majorité de leurs congénères étaient cachés, épiant le moindre geste de nos deux héros.

"V'la deux intrus, quèsse on en fait ?
- Tiens-toi donc tranquille, va. Vont v'nir droit sur not' ville, c'est prévu. C'est l'Grand Nain qui l'a dit. T'crois dans l'Grand Nain, quand même ?
- Ben... ouais, mais y dit des trucs bizarres l'Grand Nain en c'moment. Pour sûr qu'c'est t'jours lui l'Grand Nain, hein... mais..."

A peine eut-il le temps d'ouvrir de grands yeux ébahis qu'il était déjà mort, affalé dans les bras de son compagnon.

"J'espère qu't'avais au moins de l'argent sur toi, Kark, histoire d'allier l'utile à l'agréable."

Puis la seule forme sombre encore debout s'évanouit dans les ombres de l'intérieur de la montagne.


Pendant ce temps, Filos venait d'avoir une révélation qui aurait pu changer le cours de cette histoire...

"Eh, vous m'avez toujours pas dit pourquoi on est là, au fait.
- Ah bon ?
- Moi je voudrais savoir, comprenez.
- Ben, sûr que j'comprends.
- Alors... vous ne voudriez pas me dire ?
- Quoi ça ?"

Après un temps d'hésitation, Filos tenta une attaque sur un autre front, histoire de déstabiliser le nain et le forcer à livrer des informations.

"Et comment vous avez réussi à vous faufiler parmi les enfants, hein ?
- Lesquels ?
- Mais... ceux du confessionnal !
- Hé ben, vous trouvez pas qu'j'ai comme qui dirait presque la taille d'un mioche ?"

Et même un peu moins, pensa le prêtre.

"Les enfants n'ont pas de barbe.
- J'ai dit qu'j'étais précoce.
- Et pas d'accent nain.
- J'ai dit qu'j'avais été él'vé par des nains.
- Et ils ont une jolie voix aiguë avant de muer.
- Chuis précoce, s'tout.
- Mais...
- Chut, z'allez nous faire repérer.
- Mais je voulais...
- Chut.

Estimant qu'il avait fait tout son possible pour extorquer des informations au nain, Filos continua donc docilement à suivre ce dernier dans les tréfonds de la montagne, par un petit chemin sinueux qui longeait un à-pic d'environ cinq cent mètres. Une chute signifiait une mort quasi instantanée, car en contrebas se situait un énorme lac de lave bouillonnant, et ce pour deux raisons. La première étant qu'une faille devait exister sous le lac, le reliant au centre de la Terre, et qu'il y a une quantité phénoménale de gaz dans ce centre de la Terre3 qui n'attend que de se retrouver à la surface. La deuxième raison est que des énorme bestioles, qui montrent parfois des gueules hérissées de crocs, vivent là-dedans, et expirent parfois sous l'eau. Filos suait à grosses gouttes, tant à cause de la chaleur qu'à l'idée que son Dieu puisse commettre un acte aussi peu... délicat. Les grosses bestioles ne lui causaient aucun problème, étant plus petites qu'un dragon, en général.

Quelques centaines de mètres plus loin, le nain reprit la parole :

"Ah, faut au moins qu'j'vous dise un truc. Si on croise des gens qui veulent nous capturer, on résiste pas. D'accord ?
- Même si...
- Oui.
- Ah. Et si jamais...
- Pareil. On résiste pas."

Alors qu'il finissait sa phrase, le chemin sinueux s'arrêta brusquement, laissant la place à une sorte d'énorme cavité sphérique. Comme si une explosion avait eu lieu ici, et qu'elle avait été tellement parfaite qu'elle avait rendu toutes les parois lisses. De cette endroit partaient trois chemins pavés plus ou moins correctement, et où attendaient une dizaine de nains à l'air pas engageants du tout, qui avaient tous le doigt sur la gâchette de leurs fusils, lesquels fusils avaient l'air à peu près aussi engageants que ceux qui les tenaient.
Filos était sûr qu'il fallait tenter quelque chose, qu'ils pouvait retourner la situation en se montrant amical...

"Heu... Hugh ?"

Son compagnon le regarda un moment, l'air horrifié comme si il venait de lui annoncer qu'il avait été un scatophile précoce, puis se cacha la tête dans les mains.




*1 Oui c'est un coup bas, mais comment voulez-vous frapper un personnage d'un mètre vingt sinon ?

*2 Dans la mesure où un nain peut chuchoter, bien entendu.

*3 Et le Big Bang, vous avez cru que c'était quoi ? Dieu aussi pète, et il a bien dû trouver un endroit où cacher les "résidus", si on peut dire, de sa malencontreuse inadvertance. Ici, le centre de la Terre.


{Épisode revu et corrigé. Si des fautes subsistent, faites m'en part svp =).}
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les aventures de Filos le prêtre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les aventures de Filos le prêtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amarth, votre destinée :: Au dela des apparences :: La section arts :: Ecrits-