Partagez | 
 

 Le temps d'une journée d'été...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le temps d'une journée d'été...   Dim 23 Mai - 14:15

    Pas de regards en coin douteux. Pas d'expressions dégoûtées. Pas de cris, de frayeurs. Au fond, Amarth n'était pas si mal. Le domaine était tellement gorgé de magie, et la magie en elle-même était tellement utilisée par les habitants de ce monde irréel qu'elle en devenait banale. Les pouvoirs les plus effrayants y devenaient communs et les difformités de l'apparence physique, comme les oreilles de chat que Morwen avait sur la tête, ou comme sa queue de félin qui se balançait doucement au rythme de sa respiration, devenaient communes. La jeune fille retint un soupir de soulagement.

    Morwen reposa le chemiser qu'elle tenait du bout des doigts et reprit son apparence ordinaire. L'élastique de pouvoir se détendit avec un 'clac' sonore, du moins pour elle, et elle retrouva son petit S habituel. Le tee-shirt couleur caramel, de taille L, était maintenant beaucoup trop grand. De toute façon, il ne lui plaisait pas. Elle sortit de sa poche et contempla une carte rectangulaire, petite et blanche. Elle avait trouvé celle-ci sous son oreiller, le matin même. L'hybride avait compris que ce 'pass' lui servirait de paiement pour ses achats vitaux. Et qu'on la lui reprendrait sitôt après. D'où lui venait ces certitudes ? Elle n'en savait rien. Elle le savait, un point c'est tout. Amarth était comme ça, et elle ne désirait plus se poser de questions.

    La jeune fille, depuis son Arrivée, se tracassait pour cette seule clause. Grâce aux discussions passées avec Kaoru et Luther,elle avait doucement appris à renfermer mes angoisses dans une boîte qu'elle n'ouvrait désormais plus. Elle contenait trop de questions, de défiances, de ressentiments, et de tristesse... Pour la nourriture, elle ne s'était pas inquiétée plus que ça : les repas étaient servis au Réfectoire et il y avait toujours quelque chose à manger là-bas. Mais les vêtements... Morwen s'était retrouvée dépouillée dès lors qu'elle avait touché de ses baskets la terre d'Amarth. Cela l'avait gênée de plus en plus. L'été arrivait, et ses seuls vêtements étaient un tee-shirt, un pantalon et une paire de chaussures, tous noirs comme si elle était en deuil. Un vendeur plein de compassion l'avait prise en pitié et lui avait offert une paire de tongs qui s'étaient très rapidement cassées. Et aujourd'hui, alors que la jeune fille pensait ne plus tenir, elle avait trouvé ce cadeau tombé du ciel...

    Morwen s'aperçut que, plongée dans ses souvenirs, elle ne bougeait plus du tout depuis qu'elle avait reposé l'habit. Un fard lui monta aux joues et elle s'éloigna très vite du magasin. La gêne faisait ruisseler ses mains, qu'elle essuya discrètement sur son pantalon. Mais qu'est-ce que cet endroit lui faisait pour qu'elle se montrât aussi timide ? L'hybride s'approcha d'une grande baie vitrée. Les rayons du soleil s'écoulaient à flots par la grande fenêtre et la réchauffaient. L'été était survenu tellement vite, après la fraîcheur de l'hiver... Morwen fit quelques pas avant d'entre dans une autre boutique, rassurée par le sourire bienveillant de la caissière qui lui dit bonjour d'une voix chantante. L'endroit était mixte, et elle s'empara d'un jean, avec indifférence. Un slim... Elle le reposa, n'aimant pas les vêtements trop moulants. Au final, elle se saisit de quelques vêtements, regardant simplement la couleur sans se soucier des tailles, et se dirigea vers les cabines d'essayage. Bien qu'il n'y eut pas foule, la maladroite réussit à se heurter contre quelqu'un et renversa ses paquets. Courbée de honte, Morwen les ramassa, les joues en feu, se morigénant intérieurement de sa sottise.
Revenir en haut Aller en bas
Chinsou Chi

avatar

Féminin Nombre de messages : 172
Société d'Etudes : A quoi ça sert de se mettre sous la direction de quelqu'un d'autre ?
Collège : Cosmos

Feuille de personnage
Avancée du Jeu:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: Le temps d'une journée d'été...   Mar 25 Mai - 16:48

Quelques jours avaient passé à Amarth. Doucement, Chi avait appris à découvrir les lieux, à s'orienter un peu dans les différentes zones de l'école... Il fallait avouer que ce n'était pas vraiment chose facile, d'arriver ainsi dans un lieu où elle ne connaissait personne, et surtout où elle n'avait jamais mis les pieds, et donc ne connaissait aucun lieu... Heureusement, les étudiants était assez ouvert et semblait à peu près habitués à ce genre d'arriver pour le moins étonnante pour quelqu'un ne connaissant pas les lieux. de plus, on pouvait croiser ici toute sorte de personne, à l'apparence parfois peu, voir pas du tout, humaine... Elle avait d'abord eût un peu peur en les voyant, mais on lui avait expliqué que c'était aussi des élèves du lieu... Mais enfin, toujours étaient-ils qu'au bout d'une petite semaine, elles avaient commencé à réussir à s'habituer au lieu et à savoir à peu près où elle devait aller quand elles avaient besoin de quelque chose. La langue de ce lieu l'avait aussi déroutée au premier abord. Il fallait quand même avouer qu'une langue que tous pouvait ainsi comprendre était également quelque chose d'assez inhabituel, si vous permettez d'user d'euphémisme. Elle s'était tout d'abord sentie mal à l'aise, se trompant parfois de langage, usant du japonais au lieu de la langue de ce lieu, mais elle avait finalement réussi à adapter sa manière de penser à l'endroit. Elle réservait le nippon pour les moments où elle était seule avec sa soeur, ou quand elle voulait lui dire quelque chose que personne d'autre ne devait comprendre.

Par ailleurs, elle ne quittait presque jamais sa soeur. Elle la laissait parfois seule quand elle devait aller par exemple s'entraîner à l'escrime. La jeune fille ne savait comment, mais sa jumelle avait réussi à trouver très rapidement un club d'escrime où s'inscrire afin de continuer sa passion. Chi l'avait accompagné à ses premiers cours. Elle ne supportait pas de rester seule dans ce lieu inconnu. Mais peu à peu, elle avait commencé à laissé sa jumelle s'entraînait seule. Elle profitait de ces moments pour aller se plonger dans les livres à la bibliothèque afin d'approfondir ses recherches. Le pouvoir qu'elle avait brièvement sentie en arrivant dans ce monde n'était plus présent.. Comem si son accès avait diminué fortement durant la première journée pour disparaître totalement au matin de la seconde. La jeune fille avait du mal à comprendre ce qu'il se passait, mais elle voulait approfondir ses recherches au maximum, afin de comprendre pourquoi cette source de pouvoir n'était soudainement plus disponible... Elle avait également entendu dire (elle était passé maîtresse dans l'école de laisser trainer ses oreilles afin de récolter le maximum d'information) qu'il y avait également un groupe de personne s'intéressant aux démons. Cela l'avait fortement étonné qu'un groupe de personne puisse ainsi pratiquer une telle activité en plein jour... Mais ici les règles semblait très différente que de là où elles venaient. Par ailleurs, on leur avait appris qu'elles n'étaient même plus dans la même dimension que la Terre. Ca, elle avait encore un peu de mal à l'admettre, quand même... mais tous ce qu'elle pouvait trouver sur le sujet corroborait cette version... Mais se faire à l'idée restait quand même difficile...

Finalement, au bout de leur première semaine, elles avaient reçu un peu d'argent de la part de l'établissement. Personne n'était venu le leur apporté, elle l'avait simplement trouvé sur leurs tables de chevet respective à leur réveil. Etonnamment, elles s'en étonnèrent peu. Elles avaient commencer à doucement s'habituer à l'atmosphère magique du lieu, et des mystérieux Moires, qu'aucun des deux n'avaient encore jamais vu... Elles prirent simplement l'argent, se disant que ce devait être elle qui l'avait envoyé, elle se demandait bien en quel honneur... Alors que Chi commençait à préparer le petit déjeuné, Misaki eût une de ses brillantes idées : et si, maintenant qu'elles avaient un peu d'argent, elles allaient s'acheter des vêtements un peu plus convenable. L'autre jumelle ne pu s'empêcher un petit sourire. Elle s'y attendait. Elle accepta tout de même avec joie.

Ce fut ainsi que, l'après-midi même, elle s'en allèrent à la ville qui s'étendait juste en dessous de l'établissement. On pouvait facilement distinguer centre commerciale au milieu de toute les maisons, et, même si on ne le voyait plus dans les rues, il était clairement indiqué à un grand nombre d'intersections. Aussi, malgré le sens de l'orientation des deux jumelles, que l'on pouvait approximé, sur une échelle de 1 à 10, au voisinage de 0, elles arrivèrent à être aux portes de l'édifice en moins d'une heure. Dedans, Misaki semblait être comme un poisson dans l'eau. Elle allait d'une vitrine à l'autre, évitant soigneusement les magasins qu'elle jugeait inintéressant, rentrant dans presque tous les magasins affichant des vêtements, faisant inlassablement des allers-retours entre les rayons et les cabines d'essayages. Chi faisait parfois un peu de même de son côté, mais elle essayait bien moins de vêtements, et, la plupart du temps, ils étaient bien moins extravagant que ceux que pouvait essayer sa soeur. Le reste du temps, elle regardait sa jumelle défiler, proférant quelques critiques sur les vêtements qu'elle portait, rarement négatives. Finalement, elle ressortaient toujours des magasins les bras plus chargé que le précédent. Chi poussa tut de même un petit soupire en voyant le nombre de magasin qu'il leur restait à faire, mais se remit bien vite à marcher pour rattraper sa compagne. Ce fut alors qu'une bombe blonde lui rentra dedans.


"Gomenasai, dit la jeune fille au cheveux vert, usant par réflexe de la langue nippone... Daijobu ?"

Mais déjà, la jeune fille qui lui était rentrée dedans se pencher pour ramasser les sacs qu'elle avait laissé tombé. Remarquant d'un coup d'oeil les oreilles de chat plantés sur la tête de celle qui venait de la percuter, elle ne s'y attarda pas plus que ça, commençant à être habituée aux bizarrerie des gens du lieu, et elle commença elle même à ramasser ses paquets...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vayuhq Mijow

avatar

Féminin Nombre de messages : 981
Collège : Verto
Cycle : Deuxième
Fiche de Présentation : Identity
Ses RP :
Folie Matinale [ Avec Miyoki Yuitsu]
Repérage et déception [Avec Awen Shen'nyu]
Jeu : Survivra-t-elle ? [ Avec Morwen Aila, Alice & Awen Shen'nyu]]
Tu n'es pas le bienvenu [Avec Jane Grey]
Un Seuil ? [Avec Silvia Fielding]

Feuille de personnage
Avancée du Jeu:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: Le temps d'une journée d'été...   Sam 29 Mai - 3:29

Le centre commercial. Savez-vous ce qu'un gars peut bien venir y faire ? Moi non plus je ne le sais pas. S'acheter une boîte de boissons énergisantes ? Mais Vayuhq ne connaît pas les boissons énergisantes. Hum c'est embêtant. Sait-il lui-même pourquoi il se trouve dans ce lieu majoritairement fréquenté par les filles ? Plus ou moins en fait. Il avait besoin de s'acheter quelque chose, mais il n'avait pas vraiment su où aller. Quoi exactement ? Des feuilles et de quoi écrire. C'était stupide, mais il s'était aperçu qu'il n'avait plus de matériel pour la rédaction et cela l'avait profondément embêté puisqu'il voulait écrire. Écrire quoi ? Ça il ne savait pas. Il avait seulement cette démangeaison, cette envie, de matérialiser des mots. De les faire apparaître sur la surface du papier et de les faire apparaître dans la réalité. Il souhaiterait peut-être les relire à un moment donné, pour une raison qui lui échapperait probablement tout autant que le pourquoi il aurait écrit ces mots. Alors il cherchait une librairie... ou une quincaillerie. L'Hybride ne savait pas trop. Chez lui tout était créé, et l'on achetait rarement... ou du moins les échoppes ne ressemblaient pas à cela. Enfin, il savait ce qu'était du papier alors tout devrait bien aller. Il finit par trouver l'endroit qu'il cherchait, et s'acheta finalement un cahier de trois centimètres d'épaisseur, à la couverture de simili-cuir, rempli de feuilles vierges. Comme cela il pourrait faire autre chose qu'écrire si l'envie lui prenait, et c'était bien mieux qu'un paquet de feuille qu'il pouvait perdre à tout moment. Maintenant il fallait savoir ce qu'il prendrait pour écrire. Certes il y avait des crayons de graphite, qui étaient pratiques s'il voulait effacer parce qu'il avait fait une erreur. Par contre il ne croyait pas devoir, ou vouloir, effacer quoi que cela soit. Voulait-il que cela reste fixer dans le temps ? Hum peut-être pas, mais effacer n'était pas une option. Le jeune homme jeta un coup d'oeil à tout ce qui pourrait lui permettre de tracer sur le papier. Il arrêta finalement son choix sur un pinceau et un bâton d'encre. Pourquoi ? Vayuhq ne se posa pas de questions. Ces temps-ci il faisait les choses selon ce que lui dictait ses envies et son instinct, il ne se demandait pas le comment du pourquoi. Était-ce vraiment important après tout ?

Il passa à la caisse, puis ressortit, se demandant s'il ferait mieux de glander un peu plus longtemps et de rentrer immédiatement. Mais avait-il besoin de quoi que ce soit d'autre ? "Non", se dit-il immédiatement. Alors pourquoi rester ? Encore une fois, la question restait en suspens, comme la plupart qu'évoquait son esprit ces derniers temps. Il aperçut alors du coin de l'oeil une tête blonde d'où pointait deux petites oreilles de félin. Elles lui rappelaient quelque chose. Il reconnut ensuite Morwen, une jeune fille avec qui il avait brièvement jasé dans le grand salon un soir, en compagnie de deux autres filles. Peut-être était-ce pourquoi il avait hésité à rentre immédiatement. Même s'il ne croyait pas vraiment au destin, l'Hybride se demanda s'il ne s'était pas posé la question dans l'espoir de ne pas rentré et d'essayer de trouver des gens de sa connaissance. Mais n'était-ce pas un peu stupide d'errer seul dans un centre commercial à la recherche de vie sociale ?! Enfin, pourquoi ne pas aller la saluer, tant qu'à être là ?

Alors qu'il s'approchait de l'adolescente, celle-ci percuta de plein fouet une autre jeune fille. Il la replaça immédiatement, avec ses cheveux verts. C'était la... enfin l'une des deux jumelles qu'il avait croisé un peu plus tôt dans la semaine. Il n'aurait su dire laquelle puisqu'elles se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, mais il n'avait encore croisé personne d'autre avec une chevelure d'un vert clair comme celui que ces deux soeurs possédaient. Morwen se confondit rapidement en excuse avant de commencer à aider... la fille, à ramasser les choses qu'elle avait échappé. Il remarqua rapidement que l'autre jumelle se trouvait non loin, et s'avança jusqu'à elles, le sac contenant ses maigres achats dans la main droite.


"Vous avez besoin d'aide ?" demanda-t-il en s'accroupissant à son tour.

_________________
Everything is explained by the way you perceive things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amarth.forum-actif.eu/verto-f23/vayuhq-mijow-hybrid-in-it
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le temps d'une journée d'été...   Sam 29 Mai - 13:13

    « Gomenasai... Daijobu ? »

    L'hybride leva des yeux étonnés vers la voix féminine. Du japonais ? Morwen se remémorait sans peine le temps où elle s'était prise de passion pour cette langue si musicale. Mais le temps d'apprendre les banalités usuelles, elle s'était déjà lassée. Il lui restait néanmoins des vestiges et comprenait cette phrase relativement simple. En un tour de main, elle avait ramassé les quelques habits qu'elle avait lâchés et entreprit d'aider la jeune fille inconnue. En même temps, elle raffermit sa voix et lança quelques excuses.

    « Vous avez besoin d'aide ? »

    Non, non ! Elle maudit intérieurement l'indésirable. Maladroite, passe encore... Mais paraissait-elle infirme au point de ne pas pouvoir ramasser des paquets amoncelés sur le sol ? Se courbant pour dévisager l'inconnu à la voix grave, elle accorda un rapide regard à la demoiselle. Elle possédait une chevelure verte étonnante, mouvante et étincelante. Son corps gracieux était tout en finesse. L'hybride resta muette. Celui qui avait parlé n'était nul autre qu'un élève d'Amarth, la statue à la chevelure grise et au regard brillant... Quel était son nom, déjà... Elle fronça intérieurement la courbe de ses sourcils, et une petite ampoule clignota bientôt au-dessus de sa tête. Vayuqh ! Bien sûr. Quel revirement depuis la rencontre avec Ishi-chan ! Du garçon carrément asocial au regard perdu dans un abîme intérieur et à la prose glaciale, il se dévouait en camarade serviable. Je toussai légèrement, toute gêne dissipée par mon étonnement et feignis de retourner à ma tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Vayuhq Mijow

avatar

Féminin Nombre de messages : 981
Collège : Verto
Cycle : Deuxième
Fiche de Présentation : Identity
Ses RP :
Folie Matinale [ Avec Miyoki Yuitsu]
Repérage et déception [Avec Awen Shen'nyu]
Jeu : Survivra-t-elle ? [ Avec Morwen Aila, Alice & Awen Shen'nyu]]
Tu n'es pas le bienvenu [Avec Jane Grey]
Un Seuil ? [Avec Silvia Fielding]

Feuille de personnage
Avancée du Jeu:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: Le temps d'une journée d'été...   Mar 5 Oct - 4:01

Aucune réponse. Qu'était-il sensé comprendre ? Les filles ont cette mauvaise manie de ne pas toujours exprimer ce qu'elles pensent par des mots. Ce qui parfois laisse place au doute quant à l'interprétation de les gestes et expressions faciales. En ce moment, Morwen pouvait très bien n'avoir rien à foutre de son aide, être trop gênée pour dire quelque chose, ou ne l'avoir vu et pas entendu. Et la réaction à chacune de ces interprétations étaient, bien entendu, différentes elles aussi. Si elle ne voulait absolument pas voir sa face parce qu'elle l'embêtait, il s'en irait, point-barre. Si elle ne l'avait pas entendu, il pouvait toujours répéter la question. Et si elle était trop gênée pour lui répondre... Là il n'y pouvait rien. Et l'Hybride n'allait tout de même pas demander "Hey tu m'as entendu ?". Quoi que cela aurait pu se faire s'il avait été mal élevé. Que dire ? Comment agir ? Bah, il l'aiderait, tout simplement. Et si vraiment sa présence était indésirable, elle lui ferait bien savoir de manière plus directe.

La jeune fille aux cheveux verts s'était elle aussi accroupie pour ramasser les paquets qui lui appartenaient. Bon, autant y aller tout de suite s'il ne voulait pas avoir l'air d'un parfait attardé. Car oui, il s'agissait d'un effort pour le jeune homme. Pas d'aider, il le faisait très bien sans qu'on lui demande, même s'il n'y était pas porté. Non, seulement qu'il était agacé d'agir à l'aveuglette. Faire quelque chose sans avoir su vraiment capter ce que l'autre essayait de passer comme message était embêtant. Donc il s'agenouilla et ramassa les quelques effets devant lui, la plupart étant des vêtements. Le problème était qu'il ne savait pas vraiment quoi était à qui, aussi finit-il par tendre le paquet plié à Morwen, inconscient qu'il y avait probablement des articles qui ne lui appartenaient pas. Il salua Chi d'un bref mouvement de tête, ne souhaitant pas se risquer à l'appeler par le mauvais nom.


"Bonjour à vous deux." dit-il en se relevant.

Il ne savait pas trop quoi dire. La tâche était terminée, mais il ne pouvait pas partir comme ça, si ?

_________________
Everything is explained by the way you perceive things.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amarth.forum-actif.eu/verto-f23/vayuhq-mijow-hybrid-in-it
Chinsou Chi

avatar

Féminin Nombre de messages : 172
Société d'Etudes : A quoi ça sert de se mettre sous la direction de quelqu'un d'autre ?
Collège : Cosmos

Feuille de personnage
Avancée du Jeu:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: Le temps d'une journée d'été...   Mar 28 Déc - 22:49

Bon, alors, faisons un rapide résumé de la situation. La fille, les sacs, le sol, un homme. Bon, là, ça allait. Pas de gros problème jusqu'à présent en perspective. Sa soeur dans les rayonnages devant, à priori passionnée par un quelconque vêtement. Pas de problème non plus de ce côté là. Alors pourquoi ? Pourquoi restait-elle plantée là comme une idiote à regarder les autres ramasser SES paquets ? Normalement, elle aurait du réagir au quart de tour, ramassant au plus vite les affaires de sa soeur pour les planter là avec un regard méprisant. Alors pourquoi diable était-elle restait planter là dans une situation qui plus est des plus gênante ? Faudra qu'elle fasse une mise au point sérieuse de son comportement un jour. Enfin, là, tout de suite, c'était pas vraiment le moment.

Bon, toujours était-il qu'il n'était pas trop tard maintenant pour ramasser ses affaires au sol. Elle se pencha et commença, avec l'ide des deux autres, à les empiler dans ses bras. Bon, ils pourraient quand même aller un peu plus vite. Elle aurait déjà finit, elle, le temps que ces deux incapables empilent deux paquets pour les lui tendre. En terme de pas dégourdis, il se posait quand même là... Enfin,ils parvinrent quand même à terminer la tache ensemble, en évitant d'en faire trop tomber à nouveau. Mouais, c'était toujours ça gagné. Elle se releva et, sans dire un mot, elle les remercia d'un signe.

Et puis là, le drame. Que dis-je le drame ? La catastrophe, la calamité, l'Apocalypse ! Chi stoppa net. D'un coup. Piler. Là, au milieu du rayon. Le rayon vide. Personne. Pas un chat. Et pas une trace de Misaki. A nouveau les paquets tombèrent sur le sol, dans cette belle pile aléatoire qu'ils avaient déjà pris auparavant. Suffisamment aléatoire pour que certains paquets veuillent tenter de reposer sur d'autres inexistant. En terme de pile, on aurait plutôt pu parler de flaque en fait. Mais une flaque de paquet, ça sonne pas, hein ? Bon, gardons pile pour le moment, faute de mieux.

En un mot comme en cent, les achats récents de sa soeur jumelle se répandirent sur le sol. Ne prenant même pas le temps de penser, Chi se retourna avec un regard à moitié fou d'inquiétude. Elle pointa un index impératif vers Morwen. Le genre d'index auquel on a pas envie de dire. Ou plutôt, pour lequel tout notre être nous dit de ne pas dire non. Notre être n'est pas fou. Il sait que si on dit non à se genre d'index, surtout quand, derrière cet index, se tient une personne avec un regard ressemblant de près ou de loin à celui de Chi, on risque de ressentir au mieux une vivre douleur au niveau de l'estomac. Et notre aime pas avoir mal à l'estomac.


"Toi, dit-elle d'une voix qui faisait bien remarquer que si on disait non à l'index ce n'était pas que l'estomac qui allait avoir mal mais bien d'autres partie surement plus sensible, va tout de suite aux caisses et faire dire que Chinsou Misaki doit se rendre tout de suite au rayon..."

Elle jeta un coup d'oeil derrière elle.

"... des haut pour femme, finit-elle. Et toi, continua-t'elle en faisant passer le même index sur Vayhuq sans même reconnaître l'homme qui les avait accueilli, cherche la dans la partie gauche du magasin. On se ressemble comme deux gouttes d'eau. Je prendrais la partie droite."

Elle se tut et se prépara à partir. Puis, comme elle allait enjamber les paquets, elle se retourna. Avisant des deux personnes qui n'avait pas encore bougé, elle leur cria :

"TOUT DE SUITE !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le temps d'une journée d'été...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps d'une journée d'été...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Zonage et temps de trajet
» [Journée à Thème] organisation des tables de JdR
» Les énigmes qui font passer le temps
» [S41-E8] Résultats pour la 6ème journée - Nord-Pas de Calais - 03 Mars 2010
» Ellipse de temps
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amarth, votre destinée :: La Ville :: Le Centre Commercial-