Partagez | 
 

 La réincarnation de Wewen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La réincarnation de Wewen   Lun 31 Aoû - 15:35

Oyoo !

Sur Aide au Rpg, un concours avait été organisé. Il fallait écrire tout un texte à partir de l'image que voici :



Et le troisième texte ( je ne sais pas encore de qui il est ) m'a bien fait rigoler, donc je vous le fais partager :
Citation :

Des pas faisaient craquer le bois sec. Des fougères devaient s'écarter précipitamment sous le passage d'une créature bien plus grosse que l'écureuil aux oreilles pointues qui grignotait la plante quelques secondes avant. Il avait pourtant laissé place à d'autres oreilles pointues. Une elfe ! L'elfe courait dans la forêt sans autre but que celui de s'éloigner le plus vite possible de son village perché à la cîme des arbres.

Les quadrupèdes de la forêt la regardaient passer. Elle courait les yeux plein de larmes. ces larmes glissaient le long de ses joues pour tomber avec un bruit sourd sur la large capuche qui lui couvrait la tête. La forêt était froide en cette saison de l'année. Froide mais moins humide que ces larmes de peine. En la voyant, belle et digne dans cette cape bleutée, tous les habitants des lieux avait le coeur serré. Mais aucun ne suivit l'elfe pour la réconforter. Chacun avait d'autres problèmes : la recherche de la nourriture, la survie, échapper à leurs prédateurs et à la maladie. Chacun avait ses affaires et ne pouvait se permettre de soulager l'elfe gracieuse de sa douleur. Elle passait, laissant apercevoir des cheveux blonds et pâles comme un soleil timide puis s'évanouissait plus profondément vers le centre de la forêt. Son souvenir s'évanouit dans les mémoires des bêtes et l'écureuil revint ronger les feuilles de la fougère.

Pourtant, de son côté, l'elfe pleurait toujours. Mais petit à petit, son souffle se coupait, ses pas se firent plus lent, ses joues devinrent plus roses et ses yeux plus rouges. Au bout d'un moment, là où les arbres étaient si serrés que la lumière du jour n'y entrait pas par peur de se perdre, l'elfe stoppa sa course, serra les poings, leva la tête et éclata d'un nouveau sanglot sonore. Les feuilles frémirent devant tant de peine, la forêt se taisait, tout le monde écoutait. Mais soudain :

"Dis donc, la greluche ! Tu pourrais pas m'aider au lieu de chialer comme une madeleine ? J'paries tout c'que tu veux que ch'uis plus dans la chiasse que toi. Ouais, plus bas ! Regarde plus bas !"

La voix était faible comme si elle était lointaine mais suffisamment forte pour qu'on est l'impression qu'elle se trouvait tout près, à deux pas à peine. Sans aucun doute, on y entendait la colère et l'exaspération. Surprise dans sa douleur, l'elfe ravala les larmes qui lui montaient au nez, essuya celles qui lui coulaient des yeux et scruta à ses pieds. Une petite forme doucement brillante se trouvait non loin. On la distingait mal, trop brillante pour qu'on puisse bien discerner ses contours. L'elfe s'agenouilla près d'elle, n'osant faire d'autre geste. Maintenant qu'elle se trouvait plus près, elle pouvait voir une fée inextricablement emmêlée dans les fils collants d'une tisseuse de toile.

"Et alors ?!! Tu m'aides ou pas ?!!!"

L'ordre n'était pas dissimulé, la rage non plus. L'elfe se dépêcha d'obéir pour s'éviter d'autres foudres. La toile devait être celle d'une araignée magique. Dès que la fée se fut libérée, elle se retrouva immédiatement réparée et recouverte de rosée. Mais ce n'était pas ce petit miracle qui retenait l'attention de la bipède. La fée voletait au dessus de sa main tout en l'apostrophant rudement :

"Et bin ? T'en as mis du temps pour me libérer. T'es pas finaude toi ! Enfin bon, comme c'est la tradition, je vais t'accorder un voeu pour m'avoir aidé et sauvé la life. Alors qu'est-ce que tu voudrais ?
-Je suis désolée, madame la fée, mais je l'ignore complètement.
-Bin, ch'uis pas étonnée vu comment que t'es finaude comme bourgeoise. Bon, j'vais t'aider. Pourquoi tu chialais comme une madeleine moisie ?
-Les autres elfes se moquent de mon apparence.
-Encore heureux ! Mais t'as vu comment ton look est à vomir ? Et cette coupe ! Et ce maquillage ? Mais bon sang ! Même ma grand-mère était plus in que toi ! Bon, écoute ce que j'vais te dire, tu vas être la plus belle ! Tu incarneras THE class, tous te baverons aux lèvres et on te feras signer des contrats pour être à l'affiche de miss bois 2010 !"

L'elfe vint voleter au creux de l'oreille et chuchota quelque chose en cachant sa bouche d'un revers de main. Précaution bien inutile même l'elfe devait tendre l'oreille pour entendre. au bout de quelques instants, son visage peiné se transforma et un sourire vint approter la lumière à ces vieux arbres qui n'en avait pas vu depuis longtemps. L'elfe tendit la main et la fée vint taper dedans. Les deux filles, l'immense et la minuscule, se levèrent d'un commun accord et allèrent encore plus profondément dans les bois, là où l'odeur d'humus se faisait entêtant et là où les cerfs n'osaient plus mettre les sabots. Les deux filles rencontrèrent une petite rivière. Dans un même mouvement, les deux sautèrent par dessus et disparurent.



Quelques jours plus tard, dans le village natal de Blanche, les autres elfes se réunissaient. L'heure était grave. Les bois n'étaient-ils plus surs ? Les jeunes filles pouvaient-elles maintenant disparaître ainsi ? Les mères avaient peurs pour leurs filles, les pères se regardaient l'air sombre, la main sur la garde de l'épée. S'il fallait se battre, ils le feraient ! Mais contre qui ? Qui avaient bien pu enlever Blanche ? Cette enfant était douce, calme, certe un peu vieux jeu et souvent moquée mais tous ici bas l'aimaient. Ce fut alors, au beau milieu de la réunion, qu'on entendit :

]"Alors les vieux ! Encore en train de divaguer pour des fraises ?"

Le silence se fit, les têtes se tournèrent vers l'épicentre de ces paroles insolentes. Une jeune fille, en mini jupe et talon se tenait déhanchée et jambes écartées devant le conseil. Elle avait le menton levé et regardait l'assemblé à travers de larges lunettes à verre fumés rose qui lui cachait la moitié du visage. Une main aux ongles manucurés et peints avec des couleurs scintillantes était posée sur sa hanche tandis que l'autre bras, cassé en deux, supportait au creux du coude l'anse d'un sac clinquant et minuscule. Sur sa poitrine, un immense S doré barré d'une double barre se soulevait au rythme de sa respiration. Une large bulle verte sortit de sa bouche avant d'éclater dans un 'plop' qui rompit l'immobilité abasourdie des spectateurs en même temps que le silence. Les adultes s'indignaient. Quoi ? Notre douce Blanche transformée en dévergondée ! Ni plus ni moins qu'une péripatéticienne de basse extraction !

Les adultes fulminaient mais dans le fond, les jeunes s'attroupaient, la pointaient du doigt également mais sur leurs visages trônait l'admiration et la joie. La jeune elfe regarda à gauche derrière ses verres colorés et eut un sourire pour une tâche blanche qui pointait, elle le savait, un pouce levé. Le départ pour les tabloïds était là. Blanche prit sa respiration et avança en ondulant avec le charme d'un serpent exotique. Premier pas vers la célébrité.

Je verrais très bien Wewen-chan dans le rôle de la fée Razz
Revenir en haut Aller en bas
Awen Shen'nyu

avatar

Féminin Nombre de messages : 811
Collège : Verto c'est les plus bo !!!!!

Feuille de personnage
Avancée du Jeu:
0/20  (0/20)

MessageSujet: Re: La réincarnation de Wewen   Mer 2 Sep - 12:13

Oh ouiiiii ! La Kate Moss attitude xD !!!
Ah, bah c'est sûr, yavait que le sosie de Wewen pour lui donner un tel look xD

_________________
qui arrête les colombes en plein vol ?


Merci à son altesse très sérénissime pour le kit !

carte de visite : http://amarth.forum-actif.eu/t152-wewen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La réincarnation de Wewen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amarth, votre destinée :: Au dela des apparences :: Blablatoire-